TORTUE LUTH

Dermochelys coriacea

Tortue luth

Toti la mè (Créole) Kawa :na (Kalina)

Classe : Reptiles

Ordre : Testudines

Famille : Dermochelydae

Espèce migratrice

Présente dans les eaux côtières guyanaises jusqu’au plateau continental pendant la saison de ponte. Présente dans tous les océans du globe.

État de conservation de la tortue luth :

VU (Vulnérable) Liste rouge UICN mondiale 2016 

Liste rouge UICN régionale : en cours de parution

Caractéristiques

Identification et critères de détermination :

Poids/taille à la naissance : qq dizaines de grammes, 7 à 8 cm

Poids/taille adulte : 400 kg en moyenne, dossière 160cm en moyenne

Description : la tortue luth est la seule représentante de la famille des Dermochelydae. Elle n’a pas d’écailles kératinisées sur sa carapace comme la plupart des tortues. La structure osseuse de la carapace est couverte d’une peau épaisse gris/bleu foncée constellée de taches blanches. Sa dossière forme 7 crêtes ondulés appelées carènes qui se terminent en éperon au niveau de la queue.

Biologie de la tortue luth :

Régime alimentaire : méduses majoritairement

Comportement : la tortue luth est une espèce migratrice, capable de parcourir des milliers de kilomètres à travers les différents océans pour rejoindre ses zones d’alimentation. En Guyane, les suivis satellitaires réalisés par le CNRS-IPHC ont montré qu’après la saison de ponte l’espèce se déploie à travers l’océan Atlantique (voir carte)

Reproduction du de la tortue luth :

En Guyane, la saison de ponte des tortues luths s’étalent d’avril à juillet. La femelle vient pondre en moyenne 4 à 5 fois dans la saison. Elle reviendra tous les 2 à 3 ans sur la même plage.

Maturité sexuelle : pas de données précises, vers l’âge de 6 ans selon certains scientifiques, entre 10 et 12 ans pour d’autres

Période d’accouplement : des accouplements ont été observés en mer avant la saison de ponte

Gestation : 60 à 70 jours

Naissance : entre juillet et septembre

Nombre d’œufs par ponte : une centaine, environ la moitié étant stérile

Intervalle entre naissances : tous les 2 à 3 ans

Longévité : + 50 ans

Écologie du de la tortue luth :

Habitat : présente dans tous les océans du globe

Facteurs limitants : captures accidentelles par pêche industrielle et illégale, érosion des plages de ponte, braconnage des œufs

Réglementation

Statut juridique de la tortue luth :

Statut commerce international : annexe I

Statut national : protégée.arrêté du 14 octobre 2005 

Études

Etudes et recherches à l’ONCFS :

L’ONCFS est coordinateur du Plan National d’Actions en faveur des Tortues Marines de Guyane (PNATMG) qui réunit une trentaine d’acteurs qui de par leurs compétences dans diverses domaines d’activités, contribuent à la mise en œuvre des actions du PNA et au maintien de l’état de conservation des tortues marines. Sept axes d’actions : réduction des menaces à terre et en mer, amélioration des connaissances, coopération transfrontalière, éducation à l’environnement, valorisation socio économique, gouvernance et mise en réseau des acteurs. L’ONCFS s’emploie notamment à la recherche de financement pour la mise en œuvre des actions et participe à diverses actions.

Tendances et répartition du de la tortue luth en Guyane :

Les populations de tortue luth sont suivies par la technique de capture marquage recapture depuis une trentaine d’années en Guyane. Les données sont en cours de traitement par nos partenaires et devraient aboutir à une tendance évolutive de l’espèce. Malgré une amélioration de l’état des populations au niveau mondiale, localement, la population de l’ouest guyanais est en fort déclin, tandis que celle de l’est guyanais (deux populations génétiquement différentes) semblent se maintenir.

Menaces potentielles pour la tortue luth :

Captures accidentelles et illégales

Erosion des plages de ponte

Braconnage des œufs

Propositions pour l’amélioration de l’état des populations:

Lutter contre la pêche illégale

Améliorer les connaissances sur l’espèce 

Eduquer et sensibiliser les populations

Coopérer à l’échelle internationale

Promouvoir les tortues marines sur le plan socio-économique